L’importance de la gestion de projet en TI – Un cas malheureux et concret!

27 05 2011

Cela va de soi, l’absence d’expertise réelle sur une technologie clé pour un projet ou l’absence de connaissance des enjeux critiques d’un secteur d’activité sont des conditions qui mènent pratiquement automatiquement un projet d’informatisation d’envergure à l’échec.

Ce qui est moins évident, c’est que même en parfaite possession de l’expertise technologique et des connaissances opérationnelles stratégiques, sans gestion de projet rigoureuse et éclairée, les probabilités d’échec sont pratiquement aussi grandes.

Mais suis-je dans les beaux concepts et la théorie?

Et bien je vous propose de lire un cas concret récent, le vrai terrain, qui s’il ne vous subjugue pas, fera certainement bouger vos neurones rationnels et émotionnels pendant un petit bout de temps!

Moi, je suis encore ébranlé de lire une telle histoire en… 2011. L’informatique de gestion, un domaine d’expertise d’après deuxième guerre. On ne parle pas ici d’un nouveau concept technologique qui vient redéfinir les façons de penser et de faire, donc à haut risque de dérapage pendant sa phase d’introduction. Comme clin d’œil toutefois, il est intéressant de noter que le cas présenté s’appuie fortement sur les nouvelles et plus récentes pensées technologiques.

L’ampleur de l’échec ne fait que rappeler la pertinence de la gestion de projets, car, comme dans l’un de mes billets antérieurs, il faut toujours conserver à l’esprit que « la technologie est un outil et non une solution« .

Bref, je dois aussi vous mettre en contexte, car le cas dont il est question m’a été rapporté par nos outils de veille marketing. Ce n’est probablement pas le seul dossier de ce type malheureusement. C’est que la solution globale proposée initialement à l’organisation au prise désormais avec la situation délicate, incluait une composante CTRL.

Le cas est apparu sur le blogue de Monsieur Nelson Dumais, journaliste technologique bien connu et respecté, avec un titre assez percutant soit: « Une histoire d’horreur informatique dans une clinique médicale« . Difficile d’éviter le sujet pour CTRL, vous comprendrez.

En parallèle, cette situation représente un bel exemple de la nouvelle réalité des réseaux sociaux et des impacts possibles, bon et moins bon, que les communications démocratisées du Web peuvent avoir sur votre entreprise.

Pour ma part, j’ai pu apprécier l’expérience d’une équipe et la présence d’outils de veille bien organisés qui ont permis à CTRL de réagir rapidement à une intrusion négative, à priori en perception, au sein de son image corporative.

Cela dit, pour avoir l’image complète de la situation vécue par l’organisation et tirer vos propres conclusions sur ce qui n’a pas fonctionné, je vous suggère de lire l’ensemble des commentaires ou… au moins de lire le mien à la fin du blogue. 😉

Il y a beaucoup de contenu, mais en vérité, en vérité je vous le dis, rarement une lecture attentive ne vous apprendra autant sur ce qu’il ne faut pas faire en informatique de gestion si vous souhaitez goûter au succès.

Savoir avec conviction qu’une approche est contreproductive ou destructrice quand on vise un objectif donné, c’est déjà une bonne étape de fait. On sait déjà ce qu’il faut éviter.

C’est comme rouler en voiture. Lorsqu’on est convaincu qu’en demeurant sur la route on a moins de problèmes, il nous reste à savoir comment contrôler le véhicule pour y arriver ou sinon on connaît alors le critère de base pour passer les entrevues et embaucher le bon chauffeur.

Bonne gestion!

Publicités

Actions

Information

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :